violations droits de l'homme

Non à la ratification des Traités de Libre Commerce entre l'Union Européenne, la Colombie, le Pérou et l'Amérique Centrale


notlc.jpg


NON A LA RATIFICATION DES TRAITES DE LIBRE COMMERCE ENTRE L'UNION EUROPEENNE, LA COLOMBIE, LE PEROU ET L'AMERIQUE CENTRALE

 

Le Parlement Européen veut ratifier des Traités de Libre Commerce avec la Colombie, le Pérou et l'Amérique Centrale. Il s'agit d'accords inégaux qui menacent le développement local, la santé, l'environnement et les droits politiques et sociaux des peuples. Nous nous unissons aux mouvements sociaux colombiens, péruviens et d'amérique centrale pour interpeller nos parlementaires et leur demander de rejeter ces accords inégaux dans leur forme actuelle et dans le contexte actuel


Lire la suite

Le scandale du DAS, plus grave que ce qu'on imaginait

  16/07/2011 - El Espectador

L'eurodéputée Isabelle Durant a synthétisé pour El Espectador pourquoi l'Europe s'intéresse à l'enquête sur le scandale des "chuzadas".

Pendant quatre jours, après avoir rencontré des hauts fonctionnaires de l'État colombien, l'eurodéputée et actuelle vice-présidente du Parlement Européen, Isabelle Durant, s'est informée de première main sur la manière dont la Colombie vit avec sa polarisation permanente. « Le fait que la Colombie subisse un conflit armé qui dure depuis presque 50 années, c'est déjà une affaire complexe », commente-t-elle, en expliquant que sa visite a eu un objectif précis : Evaluer l'état de l'enquête pénale pénale sur les écoutes et filatures illégales du DAS.

Si elle a pris cette décision, ce n'est pas seulement par simple préoccupation en matière de droits humains, ce qui est sa spécialité, mais aussi parce que dans ce dossier explosif il y a des activités illégales commises par le DAS en Espagne et en Belgique, où il y a aussi de plus un harcèlement contre des défenseurs des garanties fondamentales et même contre des citoyens européens. De fait, Durant a reçu du vice-procureur Juan Carlos Forero la promesse de recevoir une information sur l'avancement des demandes qui ont été faites sur ce sujet dans les deux pays du Vieux Continent.

 

Lire la suite

Le meilleur coin des amériques

Nous vous recommandons de regarder le documentaire "Le Meilleur Coin des Amériques" réalisé en 2008 par Daniel Vin et qui a été lancé hier sur youtube. C'est un regard équilibré sur l'histoire des vingt dernières années dans le Chocó : L'opération Génésis, la déforestation, l'implantation de la palme africaine et l'organisation des communautés de paix.

Lire la suite

Entretien avec la vice-présidente du Parlement Européen

14 juillet 2011. CONTRAVIA. Entretien avec Isabelle Durant, vice-présidente du Parlement Européen

"L'ex-président Uribe est le responsable politique des délits commis par le DAS.

La vice-présidente du Parlement Européen et l'enquête sur les « écoutes » du DAS

   

    11 juillet 2011

    http://noticias.terra.com.co/

    Traduction CPCP

Selon des sources colombiennes non-gouvernementales, la belge Isabelle Dunant, vice-présidente du Parlement Européen (PE), est arrivée à Bogotá pour savoir où en sont les enquêtes sur le scandale des « écoutes » du DAS (Département Administratif de Sécurité).

La députée européenne restera en Colombie jusqu'au 15 juillet prochain selon le Collectif d'Avocat « José Alvear Restrepo » (CAJAR), une des organisations non-gouvernementales qui ont dénoncé les actions illégales du DAS.

Cet organisme est touché par un scandale concernant un système d'écoutes téléphoniques et de filatures de magistrats, d'hommes et de femmes politiques d'opposition, de journalistes et de défenseurs des droits de l'homme pendant les deux gouvernement de l'ex-président Alvaro Uribe.

Lire la suite

20 juillet : Viva la résistance !

 

 

FETE NATIONALE ?

JOUR DE L'INDEPENDANCE ?...

20 juillet : VIVE LA RESISTANCE !

 

   

COLOMBIE :

Vérité, Justice et Réparation pour les victimes du conflit armé !

Respect de la Vie ! Respect de la Liberté d’Expression !

Non au Traité de libre commerce avec l’Union Européenne !

Soutien aux mouvements populaires de résistance pacifique !

Ce 20 juillet, la Colombie célèbre sa fête nationale, commémorant la déclaration d’indépendance et la libération du joug espagnol (20 juillet 1810)… Comme de coutume, on assistera dans ce pays à un traditionnel défilé militaire et à un discours du chef de l’Etat.

Nous, colombiens résidants en France et amis de la Colombie qui ne pouvons nous résoudre à la persistance du conflit armé, considérons que cette fête a un goût très amer et que ce doit être un jour de revendication.

Lire la suite

"IMPUNITY"... Projection en Argentine

« IMPUNITY », de Juan José Lozano et Holmann Morris, un des films les plus polémiques sur le conflit armé en Colombie et très attendu par le public colombien, a été projeté au Festival des Droits de l'Homme en Argentine.

Au cours de la projection, un autre film était présenté. Il s'agit de « Bahia Portete », sur le massacre et le rôle de la Commission Nationale de Réparation et de Réconciliation (CNRR) auprès de la communauté Wayuu victime du masacre de Portete en Colombie. C'est un des chapitres d'une longue série de la CNRR, réalisé par un autre Lozano qui n'est pas Juan José, et qui était là avec son « chef », un certain señor Riascos.

Lire la suite

Défenseurs DDHH menacés de mort.

  Action Urgente Amnesty International.

  Voir site Amnesty

  9 juin 2011. ACTION URGENTE

Le 7 juin, l ' avocat Julio Cesar Rosero, qui représente la famille d'un homme victime d ' une exécution extrajudiciaire dans le département du Valle del Cauca (sud-ouest de la Colombie) , a reçu un courriel l'avertissant que lui et d ' autres personnes seraient tués si l es militaires mis en cause dans ce t homicide étaient condamnés.

Le 7 juin, l'avocat Julio Cesar Rosero, qui défend Jenny Torres, du Mouvement national des victimes de crimes d'État (MOVICE), a reçu un courriel contenant des menaces de mort : « Ce message est destiné à l'avocat Julio Cesar Rosero, à Martha Giraldo et toute son organisation de bandits, et à Jenny Torres. […] Si les soldats sont condamnés, l'avocat et la Noire [Jenny Torres] vont mourir, dernier avertissement, c'est sérieux, très sérieux. »

Lire la suite

Communiqué Eurodéputés sur la renonciation de Uribe à Metz

Uribe n'est plus professeur en France: la mobilisation citoyenne a porté ses fruits

Jürgen Klute, député européen allemand, et membre de l'assemblée parlementaire EuroLat, a été l'initiateur d'une lettre de protestation contre la nomination d'Uribe, signée par plus de 30 députés européens et français. Il déclare : "Nous recevons avec joie cette nouvelle et nous espérons qu'Uribe sera déclaré persona non grata dans tous les autres établissements d’enseignement" Il poursuit : "La présidence d'Uribe, de 2002 à 2010, s'est caractérisée par de graves violations des droits humains, et il est mis en accusation en ce moment même en Colombie. Nous espérons qu'il répondra de ces actes devant les victimes. Pour nous, il est impensable qu’un personnage avec un tel passif, puisse recevoir une tribune pour enseigner ici ou ailleurs.

Marie-Christine Vergiat, responsable de la commission des droits de l'Homme du Parlement Européen pour le groupe GUE/NGL, invitée par plusieurs partis politiques et organisations des droits de l'Homme, a participé à Metz à une manifestation devant l'école d'ingénieurs pour exprimer son indignation face à cette nomination. Elle déclare : " Le fait qu'Uribe renonce à enseigner à Metz est une victoire pour tous ceux qui se battent pour la reconnaissance des violations des droits de l'Homme commises sous la mandature d'Uribe ; c'est d'autant plus important que l'Union européenne est en train de négocier un accord de Libre échange avec la Colombie, pays dans lequel les crimes commis sous la présidence Uribe restent toujours impunis. J'ai la volonté de convaincre tous ceux qui pensent que les intérêts économiques doivent primer sur les droits de l'Homme qu'ils ont une vision erronée des choses. A Metz, cette victoire montre qu'une mobilisation citoyenne peut convaincre que les droits de l'Homme doivent être respectés partout dans le monde. L'Union européenne doit en prendre acte et agir en conséquence."

Disparitions forcées, un autre fléau

Michaëla CANCELA-KIEFFER. AFP Bogotá. Source : cyberpress.ca

Ils sont des dizaines de milliers en Colombie dont les corps n'ont pas été retrouvés, après avoir été éliminés par l'armée ou les paramilitaires, une «honte face au monde» selon les mots du ministre colombien de l'Intérieur, German Vargas, après des années de silence de l'État.

Selon les données officielles, la Colombie compte 57 854 disparus dont 4210 mineurs. Sur ces cas au moins 26 500 correspondraient à des disparitions forcées dont seraient responsables l'armée ou les paramilitaires, un chiffre proche des 30 000 disparus sous la dictature en Argentine, même si dans ce dernier pays il ne s'agit pas d'une estimation officielle, mais d'ONG. «Que la Colombie compte autant de ses citoyens portés disparus est une véritable honte face au monde», a déclaré German Vargas jeudi soir. «Face à ce chiffre et à la douleur encore plus grande que ces données ne peuvent refléter, l'identification (des disparus) doit être une priorité pour l'État colombien», a-t-il ajouté en présentant une liste de 10 000 disparus qui ont pu être identifiés.

Lundi, Christian Salazar, représentant en Colombie du Haut commissariat des Nations unies pour les droits de l'Homme avait pour sa part jugé les données disponibles «terrifiantes». Mais aucune donnée fiable n'existe. D'autres chiffres du parquet font état de quelque 35 000 cas de disparitions forcées, tandis que certaines associations évoquent jusqu'à 200 000 disparitions depuis la fin des années 1970. Christian Salazar pour sa part dénonce l'«impunité» de la plupart des cas de disparition, car, explique-t-il à l'AFP, «chaque jour on découvre de nouveaux chiffres, qui révèlent l'ampleur du phénomène» et il ne s'agit sans doute «que de la pointe de l'iceberg».

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site