multinationales

Non à la ratification des Traités de Libre Commerce entre l'Union Européenne, la Colombie, le Pérou et l'Amérique Centrale


notlc.jpg


NON A LA RATIFICATION DES TRAITES DE LIBRE COMMERCE ENTRE L'UNION EUROPEENNE, LA COLOMBIE, LE PEROU ET L'AMERIQUE CENTRALE

 

Le Parlement Européen veut ratifier des Traités de Libre Commerce avec la Colombie, le Pérou et l'Amérique Centrale. Il s'agit d'accords inégaux qui menacent le développement local, la santé, l'environnement et les droits politiques et sociaux des peuples. Nous nous unissons aux mouvements sociaux colombiens, péruviens et d'amérique centrale pour interpeller nos parlementaires et leur demander de rejeter ces accords inégaux dans leur forme actuelle et dans le contexte actuel


Lire la suite

En Colombie : La multinationale FIFA

J’aime tout dans le football, sauf le cynisme de ceux qui le dirigent.

Alfredo Relaño, AS-Madrid

Pour la Coupe du Monde U20 de football, la Colombie a commencé par perdre. Alors que ce Mundial a débuté le 29 juillet, on enregistre déjà bien des scores négatifs pour le pays. Cet événement international, organisé par la Fédération Colombienne de Football sous la houlette de la multinationale FIFA (Fédération Internationale du Football Associé), permettra à ce monstre, plus économique que sportif, d’augmenter ses profits multimillionnaires grâce à un investissement supérieur à 170 mil millions de pesos colombiens provenant à 50.2% du budget national et à 49.8% des pauvres municipalités colombiennes, sièges de la bien nommée Sub- 20. C 'est-à-dire que l’argent sort des poches de la population colombienne.

Lire la suite

Travailleurs du pétrole à Puerto Gaitán

27 juillet 2011. Collectif d’Avocats Jose Alvear Restrepo. Traduction CPCP

Les zones récentes d’extraction pétrolière sont devenues le théâtre d’une lutte ouvrière très active. C’est ce que montrent les faits récents qui ont eu lieu à Puerto Gaitán où 1.100 travailleurs recrutés par la multinationale espagnole Cepcolsa à travers l’entreprise sous-traitante Montajes J.M. se sont mis en grève le 20 juin dernier. Les revendications des ouvriers concernant les conditions extrêmes d’exploitation et les pénuries qui leur sont imposées ont été soutenues par les habitants de cette importante bourgade du sud-est de la Colombie, qui sont sortis eux aussi dans les rues en portant leurs propres revendications. Le 14 juillet, des centaines de salariés de la Pacific Rubiales sont eux-aussi entrés dans la grève.

Lire la suite

Drôle de cuisine chez Sodexo

 Fin avril, des syndicats liés aux secteurs d’activité de Sodexo se sont réunis à São Paulo. Venus de six pays (Brésil, Etats-Unis, France, Colombie, Maroc et République dominicaine) où l’entreprise est présente, ils ont tous dénoncé les heures supplémentaires non rémunérées, le manque de moyens, notamment pour garantir la sécurité sur les lieux de travail, la précarité de l’emploi, à l’origine d’un taux de rotation important, et les pressions psychologiques exercées pour empêcher la création de sections syndicales.

Chaque jour dans le monde, 50 millions de personnes ont recours aux services de Sodexo : cantines, gestion de services hospitaliers, fourniture de repas et de support logistique aux armées, services aux établissements pénitentiaires… La multinationale française, fondée en 1966, emploie 380 000 personnes et a réalisé en 2009-2010 15,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires consolidé. Elle se présente comme le 21e employeur mondial.

Lire la suite

Mines d'or en Colombie

En Colombie, 43.000 kilomètres carrés sont déjà dédiés à l'exploitation des mines. Pour le président Juan Manuel Santos, l’industrie minière à ciel ouvert est un des moteurs de l’économie mais les cicatrices sont incalculables pour le territoire, les communautés ethniques et l’environnement.

Résumé du rapport « Extrais le métal et pars en courant ».

 Dimanche 10 juillet 2011.

Guadalupe Rodríguez / Salva la selva

         ‪El video que no se muestra en la tv colombiana -- MinLes yeux des compagnies minières se sont posés en Amérique Latine et une authentique fièvre de l’or s’est déclenchée en Colombie. Mais la résistance populaire en défense de la vie, de l’eau, de l’environnement et de la culture s’intensifie de jour en jour. 

 

Le président colombien Juan Manuel Santos insiste sur la consolidation de l’implantation à grande échelle des mines à ciel ouvert pour le développement du pays. L’exploitation des ressources naturelles non renouvelables constitue une des soi-disant « locomotrice de l’économie ». De fait, le ministre colombien des Mines considère que l’industrie minière est envisageable dans l’ensemble du pays et 43.000 kilomètres carrés ont d’ores et déjà été accordés, avec 10.000 concessions dont 4.000 sont déjà en exploitation.

Lire la suite

La gauche du Parlement Européen soutient la politique commerciale de l’Équateur

    Lundi 11 juillet 2011. Quito.

    El ciudadano.gob.ec

    Traduction CPCP

Paul-Emile Dupret, le conseiller juridique du groupe de la Gauche Unitaire du Parlement Européen, affirme que son groupe parlementaire reconnaît les efforts réalisés par l’Équateur pour consolider l'intégration des pays sud américains, dans une alternative de développement régional face aux effets négatifs des traités de libre commerce (TLC) comme celui que la Colombie a signé avec l'Union Européenne (UE.

Dans un entretien avec El Ciudadano Radio, Paul-Emile Dupret a souligné que le TLC est avantageux pour les multinationales européennes mais pose beaucoup de questions aux pays destinataires.

Il a indiqué que les projections de l'UE annoncent que la Colombie augmentera ses exportations de 6 à 9% mais que ses importations en provenance de l'UE augmenteront entre 7 et 11%.

Il a également souligné que les entreprises multinationales investiront dans les services, le gaz, le pétrole et les mines, secteurs où les conflits sociaux sont importants. Il a pris l'exemple du Chili où en application du TLC, les compagnies européennes ont acheté deux millions d'hectares de forêt et s'opposent ainsi aux revendications du peuple Mapuche.

Selon lui, les entreprises colombiennes ne pourront pas concurrencer les compagnies européennes qui voudraient se lancer dans des travaux comme la construction d'hôpitaux, de routes et d'écoles et cette situation aura des conséquences négatives sur les achats publics qui constituent un facteur de développement pour les petites et moyennes entreprises.

Lire la suite

20 juillet : Viva la résistance !

 

 

FETE NATIONALE ?

JOUR DE L'INDEPENDANCE ?...

20 juillet : VIVE LA RESISTANCE !

 

   

COLOMBIE :

Vérité, Justice et Réparation pour les victimes du conflit armé !

Respect de la Vie ! Respect de la Liberté d’Expression !

Non au Traité de libre commerce avec l’Union Européenne !

Soutien aux mouvements populaires de résistance pacifique !

Ce 20 juillet, la Colombie célèbre sa fête nationale, commémorant la déclaration d’indépendance et la libération du joug espagnol (20 juillet 1810)… Comme de coutume, on assistera dans ce pays à un traditionnel défilé militaire et à un discours du chef de l’Etat.

Nous, colombiens résidants en France et amis de la Colombie qui ne pouvons nous résoudre à la persistance du conflit armé, considérons que cette fête a un goût très amer et que ce doit être un jour de revendication.

Lire la suite

La Colosa, “ la plus grande mine d’or du monde”

Anglo Gold Ashanti menace le Tolima (Colombie)

par Jorge Enrique Robledo. Traduction : TLAXCALA

Deux mobilisations de masse ont été menées contre les mines d'or à ciel ouvert de Medoro Resources à Marmato, dans le département de Caldas, et d'Anglo Gold Ashanti à Cajamarca, dans le Tolima. Dans le premier cas, il est prévu de détruire le centre de  la localité, y compris la mairie, l'église, les écoles, l’hôpital et les maisons – causant ainsi un “villagicide” et un véritable déplacement. Et dans le second, une vaste région approvisionnée par la rivière Coello se retrouverait avec trop peu d'eau. La cupidité de puissants investisseurs étrangers et de leurs associés natifs locaux  -protégés par le gouvernement national-, s’en prend au patrimoine économique, social et culturel de communautés établies là depuis des siècles.

La Colosa, à Cajamarca, se situe dans une réserve forestière de grande, et même très grande, importance environnementale, à la naissance de la rivière Coello qui baigne sept communes du Tolima, dont Espinal, où elle donne vie à l’Usocoello, la plus grande zone d'irrigation agricole de Colombie. Ces projets miniers, très grands consommateurs d'eau à cause de l'utilisation journalière d’énormes quantités de cyanure, sont absolument incompatibles -entre autres problèmes environnementaux- avec une utilisation humaine et agricole de l'eau.

 

 

Lire la suite

Des activistes exigent que Chiquita Brands soit tenue responsable de ses actes pour des paiements qu’elle a effectués à des groupes en marge de la loi

Durant la réunion des actionnaires d’aujourd’hui, un groupe de défenseurs de droits humains, syndicalistes et actionnaires ont exigé au président de Chiquita Brands, Fernando Aguirre, qu’il accomplisse les promesses faites, il y a un an, soit de prendre les mesures nécessaires pour répondre aux préoccupations relatives aux paiements faits par Chiquita aux groupes illégaux de Colombie.

De plus, ils ont signalé les actions de Chiquita comme une autre raison pour ne pas approuver l’Accord de libre-échange entre les États-Unis et la Colombie.

« Durant 15 ans, Chiquita a payé des millions de dollars pour la sécurité, aux deux groupes les plus brutaux de l’hémisphère » a dit Jess Hunter-Bowman de l’Accion Permanente por la Paz (Action Permanente pour la Paix). « L’exécutif de la compagnie savait que cultiver des bananes dans une zone de guerre est dangereux. Pour ne pas sortir de la zone et ainsi prévenir les entrés, ils ont payé des assassins pour protéger leurs opérations en plus de savoir que ces groupes armés qu’ils ont payé assassinaient des milliers de civils innocents. »

 

Lire la suite

Les leçons de Santurban

Projet de la multinationale minère canadienne Greystar à Santander

La mobilisation sociale ou la prise de conscience des effets environnementaux que provoquerait l’éventuelle opération de l’entreprise Greystar dans les étendues de Santurbán sur le climat et la contamination de l’eau — eau qui approvisionne une partie des habitants de Santander et alimente les rivières Lebrija, Pamplonita et Zulia de même que les affluents des rivières Catatumbo et Arauca — a joué en faveur du désistement temporaire de la multinationale et démontre clairement les possibilités d’élaboration de nouvelles expressions sociales.

Toutefois, il est nécessaire de soupeser ces portées et de définir des stratégies à court et à long terme qui pourront s’appliquer à d’autres situations similaires, lesquelles mettent en jeu le futur et la vie de millions de Colombiens qui pourraient être affectés par l’extraction minière et d’hydrocarbures.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site