femmes

Ne nous offrez pas de poèmes, notre vie est un poème

Éditorial ACIN. 21-27 Mars 2011

Traduit par Camille Apostolo

Le 8 mars dernier, on a commémoré le jour de la lutte des femmes pour leurs Droits. En Colombie, on remplace la commémoration par la célébration. Ainsi, certaines femmes ont reçu des roses, des œillets, des tournesols, des chocolats et des peluches, entre autres babioles qu'on a l'habitude de donner lors d'occasions apparemment spéciales et dont le commerce profite pour que la société consomme plus que de coutume.

Savez-vous ce qui se fête le 8 mars ? Nous le demandons à Madame Dora dans la cuisine de sa maison. Elle nous dit, sans cesser d'attiser le feu : « on se rappelle les cents femmes mortes dans une usine pour réclamer leurs droits ». En un jour comme celui là, on met en exergue la femme professionnelle, l'étudiante, celle qui a une fonction publique, ou celles qui « ont fait l'histoire ». Dans la majorité des poèmes et des chansons on parle des femmes, mais quasiment personne ne pénètre dans leur quotidien pour découvrir les véritables poésies et chansons : Celles qu'elles font avec leur vies.

Et donc, aujourd'hui dans cet éditorial, nous faisons le choix de remarquer les femmes que la société ignore parce qu'elles vivent leur vie du côté invisible -ou invisibilisé-

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site