Beatriz Gonzalez, de la couleur aux pleurs

 

 

Portrait très sensible de l'artiste peintre colombienne, qui rompt avec l'usage de la couleur pour un autoportrait en larmes qui bouleverse ses proches.

Artiste peintre internationalement reconnue, Beatriz Gonzalez est inclassable, entre le pop et le fauve, ayant imposé sa capacité à capter la gravité des scènes qu'elle représente mais les reproduisant pourtant avec beaucoup d'ironie.

Née en 1938 en Colombie, elle ouvre son atelier et sa mémoire pour ce documentaire émouvant, 'Beatriz González, ¿Por que lloras si ya reí?', (Beatriz González, Pourquoi pleure-tu après avoir ri ?), signé par Diego García-Moreno.

Calme, mesurant et pesant chaque coups de pinceaux, elle exprime la Colombie, mais aussi sa vie dans chaque tableau. Les couleurs font parties d'elle autant que l'histoire de son pays.

Les portraits délicats pleins de légèretés sont alourdis par le poids de la vie mais ne l'arrête pas, et si elle honore la vie à travers la couleur, le thème plus sombre de la mort apparait souvent dans ses oeuvres avec l'aboutissement de ce sujet dans son impressionnante installation pour le cimetière de Bogota.

9.000 dalles funéraires en sérigraphie installées devant les ouvertures de chaque dernière demeure, ce projet difficile et lourd permet de donner un nouveau regard au lieu : de ruines, les quatre bâtiments deviennent oeuvre d'art.

Mêlant noir et blanc pour le passé, couleurs pour le présent, vieilles photographies et coupures de presse pour expliquer, Diego Garcia-Moreno nous fait découvrir la Colombie à travers les yeux de la Maestra et essaye de comprendre pourquoi Beatriz Gonzalez exprime enfin ce qu'elle ressent vis-à-vis de ce qu'elle a vécu, à savoir son autoportrait en pleurs qui rompt avec sa pratique picturale, ne nous montrant plus le monde à travers elle, mais acceptant de la dévoiler à travers son tableau.

Création violence

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site