Altos de la Florida, terre d'accueil, terre d'exclusion

En 2011, la population informelle de Bogotá, capitale colombienne, est estimée à plus de deux millions de personnes. Deux millions de personnes exclues, repoussées aux limites de la ville, établies dans des conditions précaires, certaines sans accès aux services urbains les plus élémentaires. Le tiers de ces personnes a été déplacé par le conflit armé, conflit qui dévaste la Colombie depuis plus de quarante ans.

De nombreux quartiers de la capitale, terres d'accueil des populations défavorisées, sont devenus des terres d'exclusion. Des quartiers suspendus aux contreforts instables les plus lointains de la mégapole. Des quartiers, que les autorités n’ont jamais su contrôler, aux mains de groupes armés illégaux, qui instaurent un climat de terreur sur l’appareil social, économique et judiciaire. Des quartiers où luttent des femmes, des hommes, des communautés, pour que soient respecter leurs droits de citoyens, leur droit à la ville, leur droit à une existence digne et durable.
Altos de la Florida est l’un de ces quartiers.
Incursion sonore dans le quotidien des habitants de cette communauté.
Un bon reportage sur le blog de Thimothée, un français qui a vécu quelques temps à Bogotá. Ecoutez le reportage (en espagnol) et lire sa traduction sur son blog : http://courriersderrance.blogspot.com/2011/03/altos-de-la-floridan-un-quartier.html

COLOMBIE déplacés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×